Écouter voir

COVID-19 — AIDES AUX ARTISTES et structures culturelles

©mapraa

Revue de divers communiqués et questionnaires,

Ministère, associations, collectivités, etc ...

depuis le 17 mars.

• 16 juillet
Covid 19 : 
Groupe de travail du secteur des Arts visuels Auvergne-Rhône-Alpes
Organisation DRAC et Région Auvergne-Rhône-Alpes 


Résumé des échanges (par Visio conférence) du Groupe de travail du secteur des Arts visuels des 19 et 30 juin 2020 d’après les compte-rendu  de Michel Griscelli / DRAC : Conseiller pour les arts plastiques et de Manuella Boone / Région : Responsable d'unité́ Aides au Patrimoine et arts Plastiques

La direction des affaires culturelles Auvergne-Rhône-Alpes (DRAC) et la Régional Auvergne-Rhône-Alpes ont organisé conjointement une consultation régionale des acteurs culturels en mettant en place des groupes de réflexion avec les professionnels des différentes filières. Ils doivent servir de points d’appui pour envisager les politiques culturelles dans les mois à venir et à plus long terme, pour les prochaines années.

Réuni en deux fois et co-animés par Michel Griscelli et Manuella Boone le premier groupe de travail consacré aux Arts plastiques s’est efforcé d’appréhender la réalité et la diversité de l’impact de la crise sur l’activité des artistes et de leurs diffuseurs. Les conséquences à moyen et long terme de la crise ont été abordées, afin d’envisager tant les défis que les éventuelles opportunités qui s’ouvrent.
Ces deux réunions ont permis de voir comment inventer d'autres formes et construire d'autres relations entre partenaires, moins verticales, dans un esprit de concertation et de responsabilités partagées, à partir des problématiques et des enjeux identifiés.
Il s’agit d’un diagnostic à un instant T, une base de réflexion permettant d’engager la discussion.
En préambule, il a été rappellé par Michel Griscelli que la seule et unique inscription d’un plan d’action et de développement en faveur de la diffusion des arts plastiques au sein d’un document de programmation pluriannuel date du CPER 2000- 2006.
Les questions qui étaient posées étaient les suivantes : la « filière » des arts plastiques en Auvergne-Rhône-Alpes en est-elle une au sens plein et entier du terme ? Quels nouveaux fils rouges, quelles nouvelles problématiques communes peuvent être dégagées afin d’améliorer la situation de travail des acteurs ? Il s’agit de se donner ensemble, État, collectivités, artistes, diffuseurs, les moyens d’avoir un secteur « arts plastiques » mieux portant qu’il ne l’est aujourd’hui.
Il s’agissait donc avant tout d’identifier ensemble des finalités, d’être constructif face au constat de la précarité structurelle du secteur.

STUCTURES PARTICIPANTES : DRAC A-R-A (AURA) • Région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) • Shakers (03) • Centre d’art Bastille (38) • CACL (01) • Les Roches EAC (43) • Galerie Claire Gastaud (63) • Creux de l’enfer (63)  • Les Aventures /Agence déphasée - ESAD Grenoble-valence (38 + 26) • ENSBA Lyon (69) • La Mezz (69) •  Roger Tator (69) • LA BF 15 (69) • Fondaton Bullukian (69)  • Biennale de l'Art Contemporain (69) • Solarium tournant (73) • Greenhouse (42) • Bermuda (74) • Le Point Commun (74) • ACRA (AURA) •  MAPRAA (AURA) •  Métropole du Grand Lyon (69) •  Métropole de Grenoble (38)

Principaux points évoqués : Territoires, polarités, centralités / Mutualisation et solidarité / Communication et visibilité / Soutien à la création  (construire des conditions plus favorables pour les artistes )  Rémunération / Espaces de travail , Résidences / Commande publique et privée / Moyens financiers / Financement public, mécénat / Professionnalisation des équipes /…

Chaque acteur présent a pu évoquer ses problématiques propres. Il est important d’indiquer que la majorité a fait part, tout en affirmant son engagement, d’un essoufflement dû à des conditions de travail difficiles à tous points de vue (espaces de travail, fragilité financière…), et ce depuis de nombreuses années. Les modèles économiques sont fragiles. La crise actuelle met en lumière ces difficultés consubstantielles au secteur. Les participants font part de leur inquiétude concernant la pérennité des financements publics, notamment en cette période d’élections (municipales en 2020, départementales et régionales en 2021).  Constat est fait que les arts plastiques sont le parent pauvre des politiques publiques. Dans ce contexte, il est important de mieux faire connaître ce secteur, ses problématiques, ses enjeux, et de faire évoluer les relations entre les acteurs des arts plastiques et les institutions publiques.

Synthèse des pistes de réflexion identifiées par les deux groupes de travail réunis les 19 et 30 juin 2020 :

Objectif 1 : Soutien à la création : construire des conditions plus favorables pour les artistes 
·         Création d’une rémunération minimum pour les artistes ;
·         Conforter les aides individuelles à la production et à l’installation (projets de recherche et de création, équipement) ;
·         Conduire une politique plus offensive concernant l’offre d’ateliers (partenariat bailleurs sociaux, cœur de ville, occupation éphémère de friches …) ;
·         Dynamiser l’application de l’obligation du 1% artistique notamment pour les lycées.

Objectif 2 : Pérennité et développement du réseau de diffusion, en renforçant les lieux non conventionnés (centres d’art, lieux de production collectifs, résidences), force vive de l’art contemporain sur le territoire régional
·         Inscrire le réseau des lieux intermédiaires de l’art contemporain dans le futur CPER 2021-2027 ;
·         Rééquilibrer l’aide à la diffusion (fonctionnement et investissement) au profit des lieux non conventionnés, qui assurent un soutien à la création et à la production des artistes actifs en région ;
·         Développer le conventionnement pluriannuel ;
·         Diversifier les sources de financement en impliquant davantage le monde économique ;
·         Développer les lieux de résidences (aide à l’investissement) ;
·         Favoriser la mobilité des acteurs de la diffusion.

Objectif 3 : Créer de nouvelles formes de partenariat entre grandes institutions et événements d’une part, et « petits » lieux de diffusion d’autre part 
·           Établir un principe de coopération, de solidarité et de valorisation réciproque des compétences et des projets, dans un souci de plus grande équité territoriale ;
·           Renforcer la visibilité des programmations du réseau de diffusion non conventionné au moment des grandes manifestations (biennales d’art contemporain et du design, notamment) ;
·           Créer de nouveaux partenariats entre artistes et musées ou centres d’art, en organisant des résidences sur plusieurs années, à l’instar du spectacle vivant.

Objectif 4 : Rayonnement de l’art contemporain : accompagner davantage l’émergence et la faire connaitre au niveau régional, national et international
·         Renforcer la diffusion à l’international, notamment via des événements d’envergure et la présence des galeries privées aux foires internationales ;
·         Mutualiser les ressources professionnelles (communication/visibilité notamment) et les partages d’expériences ;
·         Organiser des voyages de critiques, curateurs, journalistes dans les lieux de diffusion de la région ;
·         Élaborer un document de communication et de promotion « la route de l’art contemporain en Auvergne-Rhône-Alpes », comme un outil artistique et touristique.

Objectif 5 : Emploi et formation
·         Améliorer le suivi et l’insertion professionnelle des jeunes artistes et designers diplômés ;
·         Participer au COEF et dynamiser le couple formation/emploi culturel dans la filière arts visuels ;
·         Mobiliser les compétences d’une coopérative d’activités et d’emploi en réponse à la multi-activité et à l’entrepreneuriat des artistes (projet d’étude en cours dans la métropole lyonnaise et projet existant à CF Appuy Culture).

A SUIVRE …
• Région Auvergne-Rhône-Alpes : https://www.auvergnerhonealpes.fr
• DRAC : https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Auvergne-Rhone-Alpes/Pole-creation-artistique-media-industries-culturelles/Arts-plastiques

 

• 15 juillet
Covid 19 : Jean Castex :
« Soutenir la culture est un enjeu économique, sociétal et démocratique »

« Lancer un plan de relance de 100 Md€ dès le début du mois de septembre afin de recréer les conditions d’une croissance économique plus robuste, innovante, écologique et solidaire »,
• « Soutenir les secteurs les plus touchés par la crise, notamment le tourisme, le sport et la culture »,
• « Présenter tous les deux mois un point précis de la mise en œuvre du plan de relance, de ses impacts et de ses résultats »,
telles sont les principales annonces du Premier ministre Jean Castex, lors de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale le 15/07/2020. Cette déclaration est suivie d’un débat puis d’un vote des députés à l’Assemblée nationale le jour même. 

« Les acteurs des secteurs du sport, du tourisme et de la culture ont particulièrement souffert de la crise et en souffrent encore. Nous continuerons à les soutenir. C’est un enjeu économique, et pour la culture, un enjeu sociétal et démocratique », indique Jean Castex. 

« Toutes les créations d’emplois qui seront autorisées par le projet de loi de finances pour 2021 seront affectées, sauf exceptions justifiées, dans les services départementaux de l'État et aucun dans les administrations centrales », ajoute le Premier ministre. 

Concernant la reprise de l'épidémie de Covid-19, « la meilleure façon de nous y préparer est de renforcer nos actions de prévention. Cela passe nécessairement par le développement du port du masque et une intensification de notre politique de dépistage », indique-t-il. 

https://www.gouvernement.fr/partage/11654-declaration-de-politique-generale-de-m-jean-castex-premier-ministre-assemblee-nationale

 

• 11 juillet
Covid 19 : Diplôme supérieur d’arts appliqués :
modification des conditions d’accès en raison du Covid-19

Décret du Premier ministre du 09 juillet 2020 : Adapter, pour la rentrée universitaire 2020, les conditions d’accès aux formations préparant au diplôme supérieur d’arts appliqués, et les modalités de délivrance du diplôme pour la session 2020 en raison de l'épidémie de Covid-19, (publication JO le 11/07/20 ) 
Le décret indique : « Les demandes d’admission ne sont examinées qu’en se fondant sur le dossier écrit de chaque candidat, sans entretien. Les candidats inscrits dans des établissements de formation seront évalués sur la base des résultats portés au livret scolaire », Le texte est entré en vigueur le 12/07/20. 

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000042106469&categorieLien=id

 

• 10 juillet
Covid 19 : CIPAC / le 7e Congrès reporté à Marseille les 26 et 27 novembre 2020 sous le thème “Le travail de l’art”

Fédération des Professionnels de l’Art Contemporain
Le 7e Congrès du Cipac, initialement prévu du 1er au 3 juillet 2020, est reporté les 26 et 27 novembre prochain à Marseille (Bouches-du-Rhône), annoncent ses organisateurs. “La crise sanitaire que traverse notre pays - et plus largement le monde - a eu des conséquences très immédiates sur l’ensemble de l'économie. L’arrêt total de l’activité du secteur des arts visuels durant la période de confinement a exacerbé les fragilités déjà anciennes qui marquent ses professionnels. (…) Aussi, il nous a semblé absolument nécessaire de maintenir ce congrès”, indique la fédération.
L'événement sera constitué “de tables-rondes, d’ateliers et de conférences réunissant décideurs publics, experts, professionnels du secteur culturel, universitaires et chercheurs”.
Le thème retenu est celui du “Travail de l’art”. Parmi les questions abordées figureront la responsabilité sociétale et environnementale du secteur des arts visuels, sa structuration professionnelle, les politiques publiques qui le soutiennent et l’inscription de ses professionnels dans un contexte international.
Les inscriptions ouvriront “prochainement”.


7éme Congrés du CIPAC à Marseille : 
https://cipac.net/actions/congres/prenez-dates-septieme-congres-du-cipac

Les répercussions du Covid-19 sur le secteur des Arts visuels : 
https://cipac.net/actions/mobilisations/les-repercussions-du-covid-19-sur-le-secteur-des-arts-visuels

NOTE :  Le 6e Congrès du CIPAC avait eu lieu à Lyon (Rhône) du 27 au 29 novembre 2013, autour du thème “Nécessités de l’art”.

CIPAC
32 rue Yves Toudic 75010 Paris
tél. 01 44 79 10 85
https://cipac.net


 

• 22 juin

Covid 19 : FONDATION BULLUKIAN LYON / Fond de soutien à la création

Dans le contexte de crise sanitaire sans précédent liée à l’épidémie de coronavirus, les événements que nous vivons nous incitent à regarder avec humilité nos modes de pensée, nos modes de vie et nos processus de décision que l’on imagine trop souvent sous contrôle, et qui se trouvent balayés par la puissance de l’imprévisible. Aujourd’hui plus que jamais, il est essentiel de continuer à aider, défendre et promouvoir le travail de celles et ceux qui adoptent des points de vue alternatifs afin de renouveler notre regard. 
Fidèle à sa mission de soutien à la création, la Fondation Bullukian met en place un fonds de soutien exceptionnel, doté de 100 000€, à destination des artistes et structures de diffusion de la région Auvergne-Rhône-Alpes dont les projets sont directement fragilisés par cette crise.
Nous souhaitons, à travers cette initiative, encourager les créateurs et médiateurs qui rendent la culture accessible au plus grand nombre. 
Avec la mise en place de ce fonds de soutien, nos objectifs sont toujours les mêmes : accompagner les artistes dans le développement et la diffusion de leurs projets, soutenir les acteurs qui s’impliquent tout au long de l’année pour créer les conditions d’une rencontre entre les œuvres et leur public, et réfléchir à des actions concrètes qui participeront, peut-être, à l’invention du monde de demain.

Dossiers jusqu’au 27 juillet 2020 : https://www.bullukian.com/nos_actions/fonds-de-soutien-creation

 

• 15 juin
Covid 19 : REGION AUVERGNE-RHÔNE-ALPES / Fonds Régional d'Urgence « Culture » à destination des partenaires de la filières des arts visuels en Auvergne-Rhône-Alpes

Face aux difficultés que rencontre la filière des arts visuels, les élus régionaux ont voté, le 29 mai dernier, des critères plus ouverts, notamment aux artistes-auteurs, pour accéder au fonds régional d'urgence « culture », ainsi que la création d'un nouveau fonds s'adressant aux associations et micro entreprises.
Vous trouverez ci-dessous une description de chacun des fonds avec l'accès au règlement récapitulant les critères d'éligibilité, que nous vous conseillons de prendre connaissance en lien avec un comptable.

Le Fonds Régional d'Urgence « Culture » a pour but de soulager la trésorerie des acteurs culturels.
Ce fonds se substitue au remboursement du capital des emprunts, hors intérêts, dans la limite d'un plafond de 5 000 euros par bénéficiaire. Les dépenses d'investissement faites en auto-financement sont également prises en compte dans le périmètre des dépenses éligibles.
Pour accroître l'efficacité de ce soutien l'accès à ce fonds a été élargi de la manière suivante :
Prolongation de sa durée jusqu'au 30 août 2020,
Eligibilité des artistes exerçant sous le statut d'artistes-auteurs régulièrement, inscrit à l'Urssaf, et n'occupant pas un emploi salarié permanent supérieur à un mi-temps,
Extension de prise en compte de la baisse de 20% chiffre d'affaires pour mieux correspondre aux variations d'activité par rapport à l'année précédente ou par rapport à un prévisionnel,
Prise en compte des dépenses d'investissement rétroactivement depuis janvier 2018 jusqu'au 15 mars 2020.
Ce fonds est doté de 15 millions d'euros. Nous invitons les nouveaux bénéficiaires éligibles que sont les artistes auteurs et professions libérales à déposer rapidement leur demande.

Le Fonds Région unie - Microentreprises & Associations, a pour but de préserver les emplois et garantir la cohésion sociale, en partenariat étroit avec la Banques des Territoires. Cette aide consiste en l'octroi d'une avance remboursable (entre 3 000 € et 20 000 €, durée 5 ans dont 2 ans en différé) destinée :
•       Aux associations employeuses et coopératives,
•       Aux micro-entrepreneurs, auto-entrepreneurs, indépendants et professions libérales,
•       Entreprises de 0 à 9 salariés inclus dont le chiffre d'affaires annuel ou le total n'excède pas 1 M€,
•       Dont l'établissement est situé en Auvergne-Rhône-Alpes.
Ce fonds est doté d'une enveloppe de 4 millions d'euros prioritairement réservée aux acteurs culturels et sera accessible à partir du 15 juin 2020.

L'accès à ces aides étant limité dans le temps, je vous remercie de bien vouloir diffuser largement cette information, et plus particulièrement aux artistes-auteurs exerçant en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La Direction de la Culture et du Patrimoine
Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes
1 esplanade François Mitterrand
CS 20033 - 69269 Lyon Cedex 2

culturecommunication@auvergnerhonealpes.fr 
https://www.auvergnerhonealpes.fr

 

• 9 juin
Covid 19 : UPP / UNION DES PHOTOGRAPHES PROFESSIONNELS : TRIBUNE « Sauvez la photographie ! »

Lors de l'annonce du Président de la République concernant le plan pour la culture du 6 mai dernier, une expression a particulièrement retenu l'attention des photographes : « Chevaucher le tigre ». Nul n'est pourtant sans savoir que les photographes professionnels se battent depuis toujours contre les nombreux oublis dont ils sont victimes.
Ce n'est pas seulement la profession de photographe qui est aujourd'hui menacée mais bien tout un ensemble de la culture française et son devoir de mémoire. 
Cette tribune à l'initiative de l'UPP a reçu le soutien de 750 acteurs du monde de la photographie. Elle s'adresse directement au Président de la République afin que les mesures proposées par le gouvernement répondent de manière efficace aux besoins  réels des photographes.
De ce fait, il est demandé la mise en œuvre d'un vrai plan de financement et de subventions à l'intention des photographes, la défense du droit d'auteur ainsi que l'encouragement des entreprises et particuliers souhaitant investir dans la photographie française par le biais de subventions.
À travers cette lettre la demande est claire, sauver la photographie. 
VOIR SUR : https://www.upp.photo/fr/news/tribune-au-president-de-la-republique-2742

• Vous souhaiter soutenir cette tribune et y ajouter votre signature : suivez ce lien 
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSccvk3e-mP7SheFYj890VchpAeFK8Ao3YZcunkVZy-uQ2ax0A/viewform

Parmi les « plus de 700 » signataires, figurent notamment Jane Evelyn Atwood, Raymond Depardon, Françoise Huguier, ou encore Bernard Plossu. La tribune est soutenue par 11 organisations professionnelles, dont l'ADAGP, la SAIF et la SCAM.

 

• 5 juin
Covid 19 : MANIFESTO / LE BARREAU DES ARTS : Charte de l'association : Bénéficiaires : les artistes
Le Barreau des Arts est une association loi 1901, qui vise à promouvoir l'accès au droit aux auteurs et aux artistes-interprètes précaires et/ou émergents.
L'association agit sous l'égide du Barreau de Paris, et propose aux artistes bénéficiaires des conseils juridiques, ainsi que des ressources éducatives pour promouvoir et faciliter leur accès et leur compréhension du droit.
MANIFESTO : https://www.barreaudesarts.fr

 

• 1er juin
Covid 19 : Mesdames, Messieurs, les artistes-auteurs.e.s réclament votre attention !!
Nous sommes peintres, écrivain.es, illustratrice.eurs, plasticien.nes, graphistes, scénaristes, performeur.ses, réalisatrice.eurs, photographes, vidéastes, designers, autrice.eurs de bande dessinée, critiques, scénographes, compositrice.eurs, commissaires d'exposition, chorégraphes, metteuse.rs en scène, sculptrice.eurs,...
TRIBUNE-Mesdames Messieurs les AA reclament votre attention-MAI 2020

Signer la pétition : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-mesdames-messieurs-les-artistes-auteur-e-s

 

• 23 mai
Covid 19 : Arnaud Roland conseiller technique chargé des industries culturelles et du plan artistes-auteurs

Un arrêté du 22 mai 2020, publié au Journal officiel ce 27 mai, annonce la nomination d'Arnaud Roland au cabinet du ministre de la Culture, chargé des industries culturelles et surtout du plan artistes-auteurs. Cette nomination intervient alors que les artistes-auteurs, en particulier ceux de l'écrit, critiquent ouvertement la forme du soutien que leur propose l'État à l'occasion de la crise sanitaire et économique.
• https://cultinfos.com/buzz/652992-arnaud-roland-nomme-conseiller-technique-en-charge-du-plan-artistes-auteurs
• https://www.actualitte.com/article/monde-edition/arnaud-roland-nomme-conseiller-technique-en-charge-du-plan-artistes-auteurs/100916

 

• 20 mai
Covid 19 : « Grand débat, Rapport Racine, Covid 19 ... et artiste-auteur ? » par le président de la MAPRAA / Maison des Arts plastiques et visuels Auvergne-Rhône-Alpes

Il y a 37 ans, la MAPRAA a été créée pour la prise en compte globale du monde des Arts plastiques et de ses auteurs. Aussi conçoit-elle son travail par une information sur la réalité objective de la chaine, artistes, diffuseurs, médiateurs, acheteurs, .....
Le contexte actuel nous donne l'occasion d'essayer d'attirer une fois de plus l'attention sur le domaine des Arts visuels peu ou pas connu du public mais aussi ( ?) du politique et de la presse, d'attirer le regard sur l'artiste et ici particulièrement sur celle et celui qui vivent et travaillent en Région.
Il est un fait - que ce soit  sur des estrades ou ailleurs - les discours des politiques (toutes tendances) sur la culture, sont avant tout centrés sur le spectacle vivant, sur le théâtre en particulier ses acteurs ses artistes (*a).
Il n'est  que  très rarement question ou jamais d' Arts visuels (parents pauvres des politiques culturelles)  ou alors en brève parenthèse en fin de discours. Il est encore moins question de celles et ceux qui dans ce domaine produisent l'objet de culture, l'objet de l' Art : l' Artiste auteur.
Il est permis de se poser la question : Les Arts plastiques et visuels font-ils encore pleinement partie de la culture ?

Les médias généralistes (papier, télé, radio ...) participent à cette situation et la renforcent. Il est  question de la presse généraliste (quotidiens, hebdomadaires, mensuels ...) et particulièrement dans les Régions où elle ne donne que très rarement, voire jamais de place aux Arts plastiques et aux artistes, privilégiant avant tout les grands évènements déjà très identifiés. (*b). Un artiste connu, ou qui fait  « scandale » est aussi un « bon client ». Il devient alors plus vendable, mais donne  aux publics une fausse image du créateur et de ses réalités.
Faut-il s'intéresser à l'Artiste-auteur, uniquement quand l'un d'eux se trouve sous les projecteurs du marché, aux structures et à leurs projets que dans une logique commerciale et de buzz ?

Grand débat , Rapport Racine, Covid 19 ... et artiste-auteur ?
Le « Grand débat » a donné l'occasion de parler Arts visuels entre élus et organisations représentatives d' artistes. Le « Rapport Racine » pose des questions sur la situation de ses auteurs et formule même vingt-trois  préconisations. Nous ne pouvons que nous réjouir que certains s'aperçoivent enfin que les arts visuels existent ainsi qu'une catégorie d'artistes appelés auteurs. Mais qui sont-ils réellement ?
A différents niveaux chacune et chacun a sa place et son importance. Qu' ils soient d'ici, d'ailleurs, du rural ou de l'urbain, reconnu.es ou non sur le moment, passant ou non (en France) par la « machine institutionnelle », c'est évidemment celle et celui qui, dans le temps, participe à écrire l'Histoire de l'Art, contribue à remplir les Musées et fait patrimoine. Celle et celui qui au début de la chaine dans toutes les diversités d'univers, (*c) de provenance, de cursus, de générations, de médiums, de techniques, de matériaux, de non-matériaux, créent l'œuvre, l'économie de la filière et les salaires de beaucoup.
N'ayant aucune possibilité de nuisance économique directe donc de pression, ils sont fragiles et souvent négligés.
La destinée de celle et celui qui produit, est-elle - dans tous les domaines – uniquement de faire vivre les intermédiaires et les collatéraux ? (*d)
Et puis, le Covid 19,  avec la situation dramatique de beaucoup ainsi que  de lieux.
Et puis l'intervention du Président de la république du 6 mai surtout centrée sur le cinéma et le théâtre.(*e)
Alors sans procès d'intention mais avec l'expérience de décennies d'engagement, de rencontres, de réunions, d'échanges et de promesses vite oubliées, (entre autres électorales) nous attendons les suites concrètes. Rendez-vous donc rapidement, mais aussi à moyen et long terme.

La parole des artistes ?

La parole publique leur est très rarement donnée car Il existe de nombreux « spécialistes » surtout institutionnels ou para institutionnels qui « savent », prennent la parole à leur place et finalement leur prennent la parole. Ils « connaissent », s'expriment, mettent en place des dispositifs alors que certains n'ont parfois jamais mis les pieds dans un atelier ou rencontré les concernés.es qui peut-être y meurent en silence. Ou bien n'en rencontrent qu'une catégorie, celle qu'ils ont prédéfinie.
Attention à ne pas confondre la parole individuelle de l'artiste somme toute intéressante, qui parle de son travail et de sa vision personnelle de la création. Il est ici question de la parole collective portée par les structures représentatives et traitent de réalité collective.
Le reproche récurent qui  est fait par certains à l'artiste de ne pas être structuré est irrecevable. Il existe des organisations professionnelles, associations représentatives et syndicats.
Alors après le Grand débat, le Rapport Racine, le Covid 19, et leur cortège de promesses... à suivre ... 

•••

(*a) - Attention, comme toujours il n'est pas ici question de concurrence. Les Arts visuels sont solidaires avec le spectacle vivant, sensibles à ses problèmes et les artistes sont souvent spectatrices / spectateurs.
(*b) - Là encore, il n'est pas  question de concurrence. Nous revendiquons évidemment tous les lieux d'exposition et événements  grands ou petits, très connus ou peu. Il n'y en aura jamais assez.
 (*c) – A l'image de la Société, la qualité et la pertinence de l'œuvre existent dans tout l'éventail des différences et « fonctionnent » sur des modes différents. La prise en compte de cette réalité offre les meilleurs passerelles vers les publics.
(*d) - Ce plaidoyer pour les artistes et les arts plastiques n'est dirigé contre personne, chacun à sa place est indispensable et l'artiste en a besoin, ils sont tous à différents niveaux dans la même histoire. Privés ou associatifs, la destinée des lieux de diffusion est intimement liée à celle de l'artiste.
Ce texte souhaite simplement attirer l'attention sur l'existence et la situation dramatique de celle et celui qui se trouve au début de la chaine.

NOTE : Je profite de ce mot pour rappeler aussi à tous, politiques et surtout presse nationale (papier, télé, radio et autres...) s'exprimant de Paris que la terre est ronde, et que Paris n'est donc pas le (seul) centre du monde.
Passé le périphérique extérieur c'est encore la France, (peu sensible à ses bouchons)  un grand territoire qui n'est pas que synonyme de vacance, neige, plage, cuisine, folklore et il y a autre chose que la météo et le foot.

Alain Lovato
Président de la MAPRAA

MAPRAA / Maison des Arts plastiques et visuels Auvergne-Rhône-Alpes
9 rue Paul Chenavard, 69001 Lyon  - 04 78 29 53 13 – map@mapra-art.org
http://plateforme-mapraa.org
Autofinancée en partie, la MAPRAA est financée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Ville de Lyon et la DRAC A-R-A

 

 

• 19 mai
Covid 19 : Communiqué DRAC A-R-A / MINISTÈRE DE LA CULTURE :

•  Aide à la reprise de l'accueil du public dans des espaces d'exposition
• Aide à la reprise des activités des ateliers d'artistes, ateliers partagés, résidences et à la gestion des collections
• Décrets, arrêtés, circulaires, textes généraux du MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ.

 

• 16 mai
Covid 19 : Communiqué de La Maison des Artistes / Aide du Fonds de solidarité : De nouvelles conditions d'éligibilité

Suite aux dernières annonces du gouvernement, les conditions d'éligibilité et d'attribution de l'aide du premier volet du Fonds de solidarité ont changé. 
Vous trouverez ci-dessous un résumé des différents changements. Ceux-ci permettent à un plus grand nombre d'artistes de déposer une demande via l'espace particulier du SITE des impôts. 

> Les demandes d'aides pour les mois de mars et avril sont ouvertes jusqu'au 15 juin pour les artistes-auteurs.
  
> L'aide pour les mois d'avril et mai est désormais accessible aux personnes ayant perçu une pension de retraite ou des indemnités journalières inférieures à 1500€ sur ces périodes.

> Le fonds est renouvelé pour le mois de mai, les demandes seront ouvertes du 1er au 30 juin. 

> Le calcul du CA pour l'aide du mois de mai sera identique à celui mis en place pour le mois d'avril : Vous avez la possibilité de lisser votre CA pour l'année 2019 sur 12 mois (recettes nettes hors taxe en BNC). 

La Maison des Artistes mène des missions d'intérêt général à travers son siège social et son service associatif auprès des artistes dans un esprit de rassemblement, d'entraide et réflexion pour améliorer les conditions professionnelles des artistes à travers l'information, la défense du statut professionnel, la solidarité et l'accompagnement professionnel.

https://www.lamaisondesartistes.fr/site/covid-19-quelles-adaptations-pour-les-artistes/

Pour adhérer : https://www.lamaisondesartistes.fr/site/adherez/
MDA / 11 Rue Berryer, 75008 Paris - 01 42 25 06 53
https://www.lamaisondesartistes.fr

 

• 15 mai
Covid 19 :
 Communiqué DRAC A-R-A / MINISTERE DE LA CULTURE : Aides d'urgence pour les structures non labellisées des arts visuels.


Les structures non labellisées qui œuvrent sur l'ensemble du territoire national en faveur du soutien à la création contemporaine, de sa diffusion et de sa promotion sont affectées dans leur économie par les fermetures et les mesures de confinement qu'engendre la crise sanitaire actuelle.

Ces structures, dont certaines sont peu subventionnées ou subventionnées au projet, sont pourtant essentielles au secteur de l'art contemporain, aux artistes et à l'emploi culturel. Lieux de travail indispensables pour les artistes, les auteurs et les commissaires indépendants, elles permettent l'expérimentation, la diffusion et la promotion de la création contemporaine sur l'ensemble du territoire et à destination d'un large public.

1/ Objet de l'aide
L'aide a vocation à soutenir les structures rencontrant des difficultés, notamment de trésorerie, du fait de la fermeture et/ ou l'annulation de manifestations ou actions culturelles, et de la perte de recettes propres dont l'absence met en cause la pérennité de l'association.
Elle est cumulable avec les dispositifs de soutien de l'économie mis en place par le gouvernement.

2/ Sont éligibles à cette aide les structures qui ont pour objet social de soutenir la création, la diffusion et la promotion des arts visuels dans les domaines plastiques, graphiques et photographiques notamment.

Sont notamment concernés :
Les lieux de production et de diffusion (centres d'art, espaces et lieux arts visuels, plastiques, graphiques et photographiques, galeries et éditions associatives) ;
Les collectifs d'artistes, de créateurs et d'auteurs (plasticiens, photographes, graphistes, designers, art urbain, critiques d'art, théoriciens et commissaires) ;
Les lieux de production et ateliers partagés, lieux en communs, tiers et alternatifs ;
es lieux de résidences et de recherche.

3/ Calcul de l'aide
Le montant de l'aide ne pourra dépasser 80 % de la perte d'exploitation. L'aide est plafonnée à 8 000 €.

4/ Pièces à fournir
Avant le 3 juin 2020 minuit : Retournez à la DRAC de la région du siège social de la structure le formulaire financier de demande d'aide d'urgence.

Si la demande est acceptée, vous devrez fournir en complément les éléments suivants :
Formulaire cerfa 12156*05 RIB
fiche INSEE
Statuts
NOTICE DE SAISIE 

https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Auvergne-Rhone-Alpes

 

• 14 mai
Covid 19 : VILLE DE LYON / reprise d'activités « progressive et adaptée » des lieux culturels / 546 800 € de subventions

« La reprise d'activités des lieux culturels de la Ville de Lyon sera progressive et adaptée afin de  garantir la sécurité sanitaire des usagers et des équipes », annonce la Ville le 13/05/2020. Cette décision a pour objectif de mettre en œuvre « des mesures barrières et règles sanitaires strictes », et de « répondre aux attentes des personnes présentes cet été à Lyon ». S'agissant des mesures financières, la Ville a procédé au versement des subventions votées en janvier 2020 de 13,83 M€ sur les fonds « Création Diffusion artistique » et fonds individualisés.

La mairie a également décidé le versement « par anticipation » de 546 800 € de subventions à 86 structures « fragilisées ». « Les projets et événements dont le déroulement a été rendu impossible par le confinement font l'objet d'une étude au cas par cas des possibilités de report partiel, total ou d'annulation », ajoute la mairie. Les loyers seront gelés pour les associations locataires d'un bien propriété de la Ville et « des points personnalisés et réguliers » sont organisés avec les grandes structures culturelles afin de suivre leur situation financière. La Ville de Lyon mobilise également « ses crédits annuels d'acquisition d'œuvres d'art » en donnant la priorité « au maximum » aux galeries et artistes locaux en 2020.

Concernant la réouverture des musées et monuments, celle-ci est prévue à partir de juin en fonction de l'autorisation de la Préfecture. Les musées devront proposer au public une offre de visite adaptée : limitation du nombre de visiteurs, parcours respectant la distanciation physique et horaires adaptés.

Concernant le spectacle vivant : l'Auditorium, l'Orchestre National de Lyon, le Théâtre des Célestins, l'Opéra, la Halle Tony Garnier et le Transbordeur demeurent fermés. « Les salles espèrent néanmoins une réouverture en septembre avec application des normes sanitaires », indique la mairie de Lyon.

Dates de réouverture des musées municipaux de Lyon
·         Le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation « a pour objectif une réouverture le 03/06/2020 avec visite uniquement du parcours permanent », indique la Mairie de Lyon.
·         Le musée d'Histoire de Lyon, le musée des Arts de la Marionnette, le musée de l'Imprimerie et de la Communication Graphique ainsi que le musée de l'Automobile Henri Malartre « devraient rouvrir entre le 10 et le 12/06/2020 ».
·         Le Musée des Beaux-Arts de Lyon « prévoit de rouvrir ses collections permanentes à partir du 22/06/2020 ».
·         Le Musée d'Art Contemporain reste fermé pour travaux jusqu'à « fin août 2020 ».

VILLE DE LYON
Direction des affaires culturelles
11 rue Griffon
69001 Lyon - FRANCE
Téléphone : 04 72 10 30 30
https://www.lyon.fr/actualite/culture/covid-19-reouverture-progressive-des-lieux-culturels-0

 

• 7 mai
Covid 19 : Prévue en 2021 la 16ème Biennale de Lyon d'Art contemporain est annulée.
Elle est reportée en septembre 2022.

La 16e édition de la Biennale d'art contemporain de Lyon, initialement prévue en 2021, est reportée à septembre 2022, annonce la Biennale de Lyon, en accord avec Sam Bardaouil et Till Fellrath, commissaires invités, et les partenaires publics, le 07/05/2020.

« La situation sanitaire internationale actuelle ralentit considérablement les possibilités de résidences et de productions, les interactions entre les projets artistiques et le monde économique, et les collaborations avec le tissu associatif. Dans ce contexte particulier, ce report s'impose afin de préserver la qualité des liens entretenus avec les artistes qui fait la renommée de la Biennale de Lyon », indiquent les organisateurs.

• La 15e édition de la Biennale d'art de Lyon en 2019 avait accueilli 273 800 visiteurs
http://www.labiennaledelyon.com
NOTE : La Biennale de la Danse de Lyon, initialement prévue du 11/09 au 02/10/2020, est reportée à mai-juin 2021.
http://www.labiennaledelyon.com/la-biennale-de-la-danse/19e-biennale-de-la-danse.htm

 

• 6 mai
Covid 19 : Discourt du président de la République sur la culture et les aides de l'État.

• Prolonger les droits des artistes et techniciens intermittents à l'assurance-chômage « d'une année au-delà des six mois où leur activité aura été impossible ou très dégradée, c'est-à-dire jusqu'à fin août 2021 »,
• Exonérer les cotisations des artistes auteurs pour quatre mois en les rendant éligibles au fonds de solidarité pour les TPE et les indépendants,
• Redoter le CNM «  qui vient d'être créé et qui est très fragilisé par la période » de 50 M€,
• Lancer un « grand programme de commande publique », impliquant notamment « les jeunes créateurs de moins de 30 ans » de toutes les disciplines artistiques,
• Concevoir un « été apprenant et culturel » en associant les artistes et les intermittents, également invités à se mobiliser pour les jeunes et à l'école,
• Mettre en place un fonds d'indemnisation pour les séries et tournages de cinéma « qui ne peuvent être réalisés en raison de la crise du coronavirus »,
• Assujettir les plateformes aux obligations de financement des œuvres françaises et européennes,
tels sont les principaux engagements du Président de la République Emmanuel Macron, à l'issue d'une réunion pour évoquer l'impact de l'épidémie de Covid-19 sur le secteur culturel, en présence de Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Franck Riester ministre de la Culture, et de 12 artistes, le 06/05/2020. 

« Début juin, nous regarderons comment les choses se passent et comment on peut réussir à articuler avec le public partout. Il va falloir là aussi inventer des nouvelles formes [...] Mais il faut que les lieux de création revivent », indique le chef de l'État qui préconise « le mariage du bon sens et de l'innovation ». « Sur la question de la saison prochaine : il va falloir l'inventer. Je ne sais pas dire où sera cette épidémie. Ce que je sais dire, c'est qu'on doit vous aider à inventer. Est-ce qu'on pourra revenir aux saisons habituelles ? Je ne sais pas », ajoute-t-il.

S'agissant de la prolongation des droits à l'assurance-chômage pour les intermittents du spectacle, Emmanuel Macron évoque un « pacte de confiance » et le fait que grâce à « beaucoup de projets » à venir (via l'EAC et une offre à construire pour l'été 2020), les heures effectuées permettront que tous n'aient pas à « activer ces dispositifs ». Le chef de l'État préconise notamment l'intervention des intermittents « une à deux après-midi par semaine » dans les écoles lors du temps périscolaire.

Le ministre de la Culture, rappelle qu'« à partir du 11/05/2020 les galeries d'art, les librairies, les disquaires, les bibliothèques et les médiathèques, certains musées et monuments pourront rouvrir à partir du moment où ils respectent les normes de sécurité sanitaire : gestes barrières, distanciation physique, ports du masque si la distanciation est impossible, gestion des flux ».

Concernant le spectacle vivant, « les compagnies pourront commencer à réinvestir les lieux pour assurer des fonctions administratives et aussi répéter, en respectant les normes sanitaires, à partir du 11/05/2020 ». La question sera posée fin mai de voir « si on peut aller plus loin dans le déconfinement, concernant la limite de rassemblement de 10 personnes qui sera effective à partir du 11/05/2020, en faisant preuve de bon sens et de créativité », précise-t-il.

Concernant les intermittents du spectacle vivant, « le Président de la République acte une année blanche. C'est une décision très forte car nous sommes convaincus que ce pacte redonnera confiance (...) Le Président de la République souhaite l'accélération de l'implication des artistes dans l'éducation artistique et culturelle », ajoute Franck Riester. « Avec Jean Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, nous travaillons à une plateforme de mise en contact entre les artistes et l'Éducation nationale ».

« Une rencontre est prévue fin août avec les artistes après une période d'échanges au service de la refondation des arts et de la culture du pays », ajoute Franck Riester.

Concernant le secteur de la musique, « un fonds festival sera créé en lien avec les collectivités territoriales et les Régions qu'on souhaite voir abonder, en complément de la dotation du CNM », indique le ministre de la Culture. « Les directives SMA et sur les droits d'auteurs seront transposées dès le 01/01/2021 », ajoute-t-il.
Le chef de l'État a annoncé « une autre rencontre avec l'ensemble des représentants des secteurs, dont les métiers d'art et du patrimoine qui n'étaient pas autour de la table, dans quelques semaines, au début de l'été ».

VOIR et écouter l'intégral sur : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/05/06/proteger-les-acteurs-de-la-creation-culturelle-en-cette-periode-difficile

 

• 4 mai
Covid-19 : La Région A-R-A lance un grand plan de soutien aux acteurs de la culture en Auvergne-Rhône-Alpes

Plan de soutien aux acteurs de la culture en Auvergne-Rhône-Alpes
La crise du COVID met profondément à mal tous nos acteurs culturels, qu'il s'agisse des associations, des artistes, des techniciens, des structures ; tous les secteurs sont touchés depuis le cinéma, en passant par les arts vivants, jusqu'au livre. Nous sommes une grande région de culture.
Après avoir immédiatement mis en place, dès le début de la crise, un Fonds régional d'urgence culture, la Région a décidé d'amplifier massivement l'effort de soutien auprès de tous les acteurs culturels afin de les accompagner bien au-delà de l'après-confinement.
Ce plan a été fait après une grande consultation de tous les acteurs culturels soutenus par la Région avec plus de 1 200 échanges pour tenter de définir au mieux les besoins de chacun.
VOIR en cliquant sur ce lien.

 

• 29 avril
Covid 19 : Annulation de la 51e édition des Rencontres de la photographie d' Arles 

Les 51e Rencontres de la photographie d'Arles (Bouches-du-Rhône), qui devaient se tenir du 29/06 au 20/09/2020, sont annulées, annoncent les organisateurs le 29/04/2020. « Depuis près de deux mois, les Rencontres d'Arles ont envisagé tous les scénarios pour tenter de s'adapter à une situation sans précédent et maintenir le festival dans le respect des mesures qui s'imposent. Mais face à l'impossibilité de produire