Réaction

5 MAI 2020 : JOURNÉE POUR LA CULTURE

Culture Etat d'Urgence © Radio France / France Inter

Ce mardi 5 mai, journée consacrée à la culture sur France Inter, on parle toujours depuis longtemps en prononçant le mot culture du cinéma, du théâtre, des arts de la rue, de la musique, du cirque ( les arts vivants ).

Marc PEDOUX, sculpteur
Président de l’association Hangar 717, lieu d’art actuel - 5 mai 2020

Les artistes interprètes, comédiens, metteurs en scène, les techniciens, ceux qu’on nomme les intermittents du spectacle, ont un statut reconnu pour la majeure partie d’entre eux.

Nous, les autres artistes, auteurs créateurs, sommes aussi des fabricants de la culture, écrivains, plasticiens, (dessinateurs, peintres, sculpteurs, créateurs d’images…) ; nous sommes le socle de la charrue qui laboure le champ de la culture. Il faut le reconnaître.

Le confinement dû à la pandémie du Covid 19 ne nous a pas franchement bousculé ; nous avons l’habitude dans nos ateliers d’être confinés et pour beaucoup, d’être invisibles ou ignorés.

Présenter sa création, sortir son œuvre et pouvoir la faire apprécier, la partager, la diffuser, la vendre, est une priorité.

Notre art est aussi important dans la création culturelle de notre société que les autres formes d’expression, mais trop peu défendu par les institutions. Nos revenus sont eux aussi intermittents !

Nous sommes solidaires avec toute la création, bien sûr, mais attendons avec impatience une vraie reconnaissance de notre statut et de l’importance de nos métiers. Nous sommes une profession libérale, créateurs « d’œuvres de l’esprit » et non des entrepreneurs comme le statut que nous fait endosser depuis quelque temps l’Urssaf, case qui enferme notre liberté.