Réaction

IL M'EST ABSOLUMENT IMPOSSIBLE DE ME TAIRE... JE ME DOIS DE VOUS FAIRE PART QUE :

LA MAPRAA EST CONDAMNÉE À DISPARAÎTRE !

©mapraa

« La Culture est le bien de tous ; ce sont les artistes qui la rendent vivante, pas les politiques. » (François Marouet)

La Maison des arts plastiques Auvergne-Rhône-Alpes est sous le coup d'une mise à mort programmée de la part des politiques de la Ville de Lyon et de la Région. Seule association d'artistes de cet ordre et de cette importance en France (après la Maison des artistes nationale), elle répond aux artistes pour tout ce qui relève de leur profession, et au public dans sa totalité quant à ce qui relève de l'information sur les arts plastiques et leurs manifestations.

Martian AYME de Lyon (Juin 2023)

 

La MAPRAA a déjà bien participé aux sacrifices récents : en quelques années elle a dû passer de 7 à 3 salariés ; or la subvention 2024 annoncée par la Ville est de 0,00 €, et a pris la décision de l'expulser au 31 décembre du local qui lui avait été alloué il y a plus de 24 ans en remplacement du précédent. La subvention 2024 annoncée par la Région est aussi de 0,00 €.

Ne serait-ce pas une mise à mort avec préméditation ?

La MAPRAA que je connais bien pour l'avoir « pratiquée » depuis sa fondation par des artistes il y a 40 ans aurait-elle soudainement démérité ?

Ce que les nouveaux politiques en place ne veulent pas comprendre c'est que c'est une association « au service » des artistes et autres citoyens, ouverte à tous sans exclusive (ce qui est plutôt rare, sinon exceptionnel), qu'elle ne travaille pas sur des projets ponctuels, qu'elle n'a aucunement vocation d'organiser des spectacles, des expositions de ses membres, et autres événements qui se voudraient spectaculaires mais de fournir à tous et à toutes les moyens de mieux gérer leur pratique, d'informer l'ensemble des citoyens de ce qui relève des Arts visuels, d'aider à la professionnalisation des « débutants », par exemple en leur donnant une visibilité dans des conditions professionnelles, en leur donnant accès, comme à tous les autres, à tous les renseignements sociaux, fiscaux, juridiques, professionnels dont ils peuvent avoir besoin... N'est-il pas déraisonnable que Ville et Région se liguent soudain aujourd'hui contre ce travail d'information générale de fond, basé sur les besoins réels au quotidien des artistes des 12 départements de la Région pour le faire disparaître ? Et ceci en même temps (serait-ce une coïncidence ?)

Pour la Région, c'est assez clair : il s'agirait d'un choix politique revendiqué de mise au pas de la Culture.

Pour la Ville c'est plus insidieux : elle donne de multiples « raisons » (j'en ai recensé une dizaine depuis 2 ans !) que je n'arrive pas à comprendre, car inadaptées, inexactes, ou purement fallacieuses... Au point que j'en suis réduit aux conjectures : méconnaissance coupable du terrain, inintérêt ou ignorance mal venues pour le quotidien des artistes, incompétence bien peu professionnelle, quoi d'autre ? En fait j'aimerais bien que quelqu'un m'éclairât véritablement sur les fondements d'une telle aberrante condamnation.

Vous trouverez en pièce jointe le texte de la Tribune MAPRAA qui vous permettra de prendre connaissance des tenants et aboutissants de cette condamnation tels que perçus par la MAPRAA. Si vous désirez d'autres précisions vous pouvez le faire par retour de courriel, je ferai mon possible pour vous répondre ; ou exprimer votre solidarité avec la MAPRAA, je transmettrai.

martianayme2@orange.fr

Merci.

Martian AYME de Lyon (Juin 2023)